Communiqué de presse: à Noyal sur Vilaine, on ne connaît pas la concertation

Les rythmes scolaires doivent être revus et modifiés (ou non) pour décembre 2017. La mairie a mis en place un comité de pilotage ad hoc, avec un investissement évident de la plupart des parties présentes : enseignants, parents, élus. Nous souhaitions discuter, échanger, avec en point central l’enfant et son rythme. Restions-nous à 9 demi-journées par semaine avec des temps d’activités périscolaires (TAP) ? Les TAP pouvaient-ils rester gratuits, puisque l’aide de l’État (50€ par enfant) serait encore versée en 2018 ? Comment les personnels percevraient-ils un arrêt des TAP après tant d’investissement depuis 2014 ? Pouvions nous réfléchir à 2 rythmes différents suivant l’âge de l’enfant ?

Beaucoup de questions, de scenarii à discuter, de temps riches et valorisant pour chacun, lors de la réunion du 15 novembre 2017. Hélas, toutes ces belles énergies furent anéanties par une décision unilatérale de la Maire: retour à 8 demi-journées et plus d’école le mercredi. Nous revenons 4 ans en arrière ! Vos arguments : cela coûte trop cher et ce sera moins compliqué pour les agents.

Madame la Maire, est-ce là votre conception de la concertation? Vous nous avez laissé travailler sachant que votre décision était déjà prise. Pour imposer votre décision, vous vous référez aux résultats d’un questionnaire établi uniquement par vous, questionnaire que vous avez transmis aux parents. Ce document, biaisé et orienté, avait pour but de justifier votre choix de revenir à la semaine de 4 jours. Dans ces conditions, comment ces résultats peuvent-ils refléter la réalité ? Vous oubliez les enfants et les experts (enseignants) qui voient dans ce rythme régulier un réel intérêt pour les élèves notamment ceux en difficulté. Vous balayez le questionnaire des représentants des parents qui ne donne pas les mêmes résultats.

Et tout cela pour quoi ? Pour économiser un montant dérisoire pour notre commune à savoir environ 45 000 euros/an pour l’ensemble des enfants de la Caravelle. Que dire ? Certes, nous sommes désabusés et perplexes par tant de mauvaise foi, mais pas si surpris finalement…

Nous demandons la reprise dans les meilleurs délais d’une concertation sereine.

Les commentaires sont fermés